Dossier - Homélies

« Je dors, mais mon cœur veille »

32ème dimanche du temps ordinaire, Année A, 8 novembre 2020
Lectures : Sagesse 6,12-16 ; Psaume 62 ; 1Th 4,13-18
Évangile selon saint Matthieu 25,1-13

Homélie du frère Jean-Christophe de Nadaï

Restez en tenue de travail et gardez vos lampes allumées, et soyez comme des serviteurs qui attendent leur maître à son retour des noces, afin de lui ouvrir quand il arrivera et frappera. C’est ce que nous lisons au chapitre 12e de saint Luc, qui répond à notre parabole des dix vierges en saint Matthieu. Là comme ici, des lampes allumées. Là comme ici, tout est suspendu à l’événement de nocesLire la suite >>>

« Enfants de Dieu, car nous le sommes »

Solennité de tous les saints, 1er novembre 2020
Lectures : Apocalypse 7,2-4.9-14 ; Psaume 23 ; Première lettre de saint Jean 3, 1-3
Évangile selon saint Matthieu 5, 1-12a

Homélie du frère Gabriel Nissim donnée sur France-Culture

Frères et Sœurs,

Devant les drames qui nous ont atteints ces jours-ci, devant les forces du mal qui se déchaînent, il nous faut nous tourner vers Celui que nous appelons « notre Père ».
« Dieu », oui, mais avant tout « notre Père » à chacune, chacun, à tous et toutes, sans aucune exception. Et c’est là, dans cette paternité de Dieu, que nous pourrons alors puiser la force de la fraternité entre nous, une fraternité capable de surmonter la violence, la haine, et d’abord tout simplement les différences entre nous…  Lire la suite >>>

« Les mauvais comme les bons »

28ème dimanche du temps ordinaire, Année A, 11 octobre 2020
Lectures : Isaïe 25,6-10a ; Psaume 12 ; Philippiens 4,12-14.19-20
Évangile selon saint Matthieu 22,1-14

Homélie du frère Adriano Oliva

Dans le Psaume 22, nous avons chanté : « [Seigneur,] Tu prépares la table pour moi devant mes ennemis ; tu répands le parfum sur ma tête, ma coupe est débordante. »
Ces gestes, attribués à Dieu, sont les gestes de l’amitié, qui dans l’ancien Moyen Orient comme dans les pays de la Méditerranée – pensez à Homère – étaient réservés à l’accueil de l’étranger, du voyageur pour qu’il se sente membre de la famille de l’hôte qui le reçoit et qui se met lui-même pour cela à son service. C’est ainsi, en amis, que le Seigneur nous accueille au banquet de l’Eucharistie, où il se fait lui-même notre nourriture… Lire la suite >>>

« La grâce de nous reconnaître pécheurs en vérité, et vivre de Lui »

26ème dimanche du temps ordinaire, Année A, 27 septembre 2020
Lectures : Ézéchiel 18,25-28 ; Psaume 24 ; 1Ph 2,1-11 
Évangile selon saint Matthieu 21,28-32

Homélie du frère Jean-Christophe de Nadaï

Saint Thomas d’Aquin, commentant cette parabole des deux fils, en indique au moins deux clefs d’intelligence. Il en est une que le Christ lui-même enseigne dans l’évangile : le fils qui dit oui et ne fait pas figure les chefs des prêtres et les anciens à qui le Christ s’adresse ici, tandis que l’autre fils représente les publicains et les prostituées qui se sont mis à croire à la parole de Jean-Baptiste. Nous trouvons là, en un mot, écrit Thomas, les justes, c’est-à-dire, ceux qui se croient tels, et les pécheurs, entendez : les pécheurs qui se repentent.

Mais saint Thomas s’attache d’abord à une autre clef, qu’il découvre, celle-là, chez les Pères de l’Église…

Lire la suite >>>

« Le Puissant fit pour moi des merveilles »

Solennité de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie, 15 août 2020
Lectures : Apocalypse 11,19a et 12,1-6a.10ab ; Psaume 44 ; 1Co 15,20-27a 
Évangile selon saint Luc 1,39-56

Homélie du frère Jean-Christophe de Nadaï

Le Puissant fit pour moi des merveilles. Marie savait bien sans doute que le Puissant n’allait pas borner là le cours de ses merveilles pour elle : elle les méditait dans son cœur, selon le principal effet de cette crainte de Dieu dont elle parle ici ; ce Dieu dont l’amour, dit-elle, s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Mais sans doute elle ne devinait pas que cet amour de Dieu irait jusqu’à lui faire partager la destinée du Premier Né d’entre les morts, en son assomption, que l’Église célèbre aujourd’hui…

Lire la suite >>>

« Le courage d’affronter le mal »

Fête de la Transfiguration du Seigneur, 6 août 2020
Lectures : Deuxième Épitre de Saint Pierre, 1, 16-19 ; Psaume 96-97 
Évangile selon saint Matthieu 17,1-9

Homélie du frère Jean-Paul Durand

Frères et Sœurs dans la foi,

Bien que Saint-Pierre ait pu bénéficier de cette magnifique transfiguration de la divinité de Jésus, peu de temps avant que Jésus subisse le supplice sur la croix, cette Transfiguration n’a pas suffi pour empêcher Pierre de renier trois fois Jésus, alors que Jésus est injustement arrêté, humilié, trainé à mort au Golgotha.

Oh Seigneur Dieu de l’Univers, Oh Jésus vrai Dieu et vrai homme, donne-nous la foi, la charité, le courage d’affronter le mal.

Lire la suite >>>

« Avez-vous compris tout cela ? »

17ème dimanche du temps ordinaire, Année A, 26 juillet 2020
Lectures : 1 Rois 3,5.7-12 ; Psaume 118 ; Romains 8,28-30
Évangile selon saint Matthieu 13,44-52

Homélie du frère Adriano Oliva

« Avez-vous compris tout cela ? Ils lui répondent oui. Jésus ajouta : C’est pourquoi tout scribe devenu disciple du royaume des Cieux est comparable à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et de l’ancien. » Frères et sœurs, pour interpréter cette dernière phrase de l’évangile, un peu elliptique, je vous propose de vous référer au psaume que nous venons de chanter… Lire la suite >>>

« Pour la belle moisson que Dieu attend. »

16ème dimanche du temps ordinaire, année A, 19 juillet 2020
Lectures : Sagesse 12,13.16-19 ; Psaume 85 ; Romains 8,26-27
Évangile selon saint Matthieu 13,24-30

Homélie du frère Gabriel Nissim

Ce champ dans lequel il y a à la fois du bon grain et de l’ivraie, du blé et de la mauvaise herbe, frères et sœurs, évidemment c’est moi, c’est chacun de nous, c’est toute notre humanité. Même dans nos meilleures pensées, même dans notre prière ou dans nos actions les plus généreuses, il y a à la fois du bon grain et de la mauvaise herbe : c’est la réalité. Et il y a des moments où nous ne voyons plus que la mauvaise herbe, où elle semble tout envahir, quand le mal, la violence, l’injustice semblent plus forts que tout – en nous-même, chez les autres, dans notre humanité.
Mais devant cette réalité, le Christ, aujourd’hui, nous invite à partager la confiance et l’espérance qui sont celles de Dieu à notre égard…  Lire la suite >>>

« Comment comprendre… ? »

Fête de sainte Catherine de Sienne, 29 avril 2020
Lectures : Apocalypse 1,5-8 ; Psaume 21
Évangile selon saint Jean 7,14-18 ; 37-39

Homélie du frère Nicolas Tixier

Comment comprendre que Catherine ait eu (au risque de nous faire frissonner sept siècles plus tard) une telle dévotion pour le sang du Christ ? Le sang du Christ qu’évoque l’Apocalypse, le sang par lequel le Christ nous a délivrés de nos péchés. Celui qui coule du côté de l’agneau sur le retable de Gand qui sera peint une cinquantaine d’années plus tard par les frères Van Eyck. Le sang qui lave les robes des pécheurs pour leur rendre leur blancheur. Le sang que nous recevrons tout à l’heure… Lire la suite >>>

« Miséricorde »

2ème dimanche de Pâques, Dimanche de la divine miséricorde, 19 avril 2020
Lectures : Actes des Apôtres 2,42-7 ; Psaume 117 ; 1 Pierre 1,3-9
Évangile selon saint Jean 20,26-29

Homélie du frère Adriano Oliva

Miséricorde, dans nos langues, signifie un cœur triste (miser), affligé par la misère, la détresse, la souffrance d’autrui, que l’on ressent comme siennes. Et ce cœur ne s’arrête pas à l’émotion, mais il met en mouvement la personne pour alléger la souffrance d’autrui… Lire la suite >>>