Dossier - Homélies

« Si tu le veux, tu peux me purifier ! »

6ème dimanche du Temps ordinaire, Année B, 14 février 2021
Lectures : Lévitique 13,1-2.45-46 ; Ps 31 ; 1Co 10,31-11
Évangile selon saint Marc 1,40-43

 

Homélie du frère Jean-Christophe de Nadaï

Ce ferme avertissement du Seigneur au lépreux de taire sa guérison peut paraître étrange à l’auditeur de l’évangile. Aussi bien venait-il d’être dit que Jésus avait guéri beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies ; et cela sous les yeux de tout le monde, dans une maison dont il est dit que la ville entière de Capharnaüm se pressait à la porte.
Mais c’est aussi que ce dont nous sommes ici témoins n’est pas seulement une guérison, mais une purification, comme il est dit dans le texte… Lire la suite >>>

« Ailleurs ! »

5ème dimanche du Temps ordinaire, Année B, 7 février 2021
Lectures : Job 7,1-7 ; Ps 146 ; 1Co 9,16-23
Évangile selon saint Marc 1,29-39


Homélie du frère Gabriel Nissim

« Ailleurs ! »

Allons ailleurs, dit Jésus à Simon. Pas seulement dans les villages voisins, mais partout où les gens ont besoin, un besoin urgent d’espérance, de bonne nouvelle.
Ailleurs, aussi parce que Jésus ne nous appartient pas. Il n’appartient à personne : ni à Simon, ni aux gens de Capharnaüm qui auraient bien voulu se le garder pour eux, pour son pouvoir de guérison. Comme aujourd’hui, Jésus ne nous appartient pas…  Lire la suite >>>

« Au milieu de nous, le Seigneur Dieu fera se lever un prophète »

4ème dimanche du Temps Ordinaire, Année B, 31 janvier 2021
Lectures : Dt 18,15-20 ; Ps 94 ; 1Co 7,32-35
Évangile selon saint Marc 1,21-28


Homélie du frère Bernard Senelle

« Au milieu de nous, le Seigneur Dieu fera se lever un prophète », nous dit le Livre d’Isaïe. C’est donc chez nous que les choses se passent et qu’il nous faut être attentifs. Pas besoin d’aller très loin en ces temps où nous cultivons le rester chez soi. C’est un proche, un parent, un ami, un frère, une sœur en communauté. Le prophète, l’homme de Dieu et de sa parole n’est peut-être pas très loin. Quel est donc le lien entre la parole prophétique, l’enseignement de Jésus et la force du commandement contre les esprits impurs ? Qu’est-ce que l‘autorité dont il est question dans l’évangile … Lire la suite >>>

« Pour que notre chair en lui se fît lumineuse »

Nativité du Seigneur, Messe du Jour, Année B, 25 décembre 2020
Lectures : Isaïe 52,7-10 ; Ps 97 ; Hébreux 1,1-6
Évangile selon saint Jean 1,1-18


Homélie du frère Jean-Christophe de Nadaï

Il n’appartient qu’à Dieu de nous parler, dans son Évangile, tant des grandeurs que des abaissements qu’il fit paraître dans la chair de son Fils Jésus-Christ. Dans l’évangile de la nuit, il naît roi au berceau de sa race, à Bethléem en Judée : mais roi dans une mangeoire, non sur le trône de David promis pour lui à Marie par Gabriel… Lire la suite >>>

« Veillez ! »

1er dimanche de l’Avent, année B, 29 novembre 2020
Lectures : Isaïe 63,16b-17.19b ;64,2b7 ; Psaume 79 ; Première lettre aux Corinthiens 1, 3-9
Évangile selon saint Marc 13,33-37

Homélie du frère Gabriel Nissim

« Veillez ! »

C’est le dernier mot, (je ne l’avais jamais encore remarqué), la parole ultime que Jésus adresse à ses disciples, juste avant les événements de la Pâque qui vont le mener, lui, à la Croix et au sommeil de la mort.
Une parole donc qui doit être pour nous centrale et structurer en permanence notre existence de croyant, de disciple de Jésus.
Veiller – parce que c’est la nuit. Les ténèbres sont là : celles qui vont le submerger, lui. Celles qui, aujourd’hui, ne cessent d’accabler notre humanité : la nuit, les ténèbres, voilà ce qui pèse si lourdement sur notre condition humaine, de façon permanente…  Lire la suite >>>

« Je dors, mais mon cœur veille »

32ème dimanche du temps ordinaire, Année A, 8 novembre 2020
Lectures : Sagesse 6,12-16 ; Psaume 62 ; 1Th 4,13-18
Évangile selon saint Matthieu 25,1-13

Homélie du frère Jean-Christophe de Nadaï

Restez en tenue de travail et gardez vos lampes allumées, et soyez comme des serviteurs qui attendent leur maître à son retour des noces, afin de lui ouvrir quand il arrivera et frappera. C’est ce que nous lisons au chapitre 12e de saint Luc, qui répond à notre parabole des dix vierges en saint Matthieu. Là comme ici, des lampes allumées. Là comme ici, tout est suspendu à l’événement de nocesLire la suite >>>

« Enfants de Dieu, car nous le sommes »

Solennité de tous les saints, 1er novembre 2020
Lectures : Apocalypse 7,2-4.9-14 ; Psaume 23 ; Première lettre de saint Jean 3, 1-3
Évangile selon saint Matthieu 5, 1-12a

Homélie du frère Gabriel Nissim donnée sur France-Culture

Frères et Sœurs,

Devant les drames qui nous ont atteints ces jours-ci, devant les forces du mal qui se déchaînent, il nous faut nous tourner vers Celui que nous appelons « notre Père ».
« Dieu », oui, mais avant tout « notre Père » à chacune, chacun, à tous et toutes, sans aucune exception. Et c’est là, dans cette paternité de Dieu, que nous pourrons alors puiser la force de la fraternité entre nous, une fraternité capable de surmonter la violence, la haine, et d’abord tout simplement les différences entre nous…  Lire la suite >>>

« Les mauvais comme les bons »

28ème dimanche du temps ordinaire, Année A, 11 octobre 2020
Lectures : Isaïe 25,6-10a ; Psaume 12 ; Philippiens 4,12-14.19-20
Évangile selon saint Matthieu 22,1-14

Homélie du frère Adriano Oliva

Dans le Psaume 22, nous avons chanté : « [Seigneur,] Tu prépares la table pour moi devant mes ennemis ; tu répands le parfum sur ma tête, ma coupe est débordante. »
Ces gestes, attribués à Dieu, sont les gestes de l’amitié, qui dans l’ancien Moyen Orient comme dans les pays de la Méditerranée – pensez à Homère – étaient réservés à l’accueil de l’étranger, du voyageur pour qu’il se sente membre de la famille de l’hôte qui le reçoit et qui se met lui-même pour cela à son service. C’est ainsi, en amis, que le Seigneur nous accueille au banquet de l’Eucharistie, où il se fait lui-même notre nourriture… Lire la suite >>>

« La grâce de nous reconnaître pécheurs en vérité, et vivre de Lui »

26ème dimanche du temps ordinaire, Année A, 27 septembre 2020
Lectures : Ézéchiel 18,25-28 ; Psaume 24 ; 1Ph 2,1-11 
Évangile selon saint Matthieu 21,28-32

Homélie du frère Jean-Christophe de Nadaï

Saint Thomas d’Aquin, commentant cette parabole des deux fils, en indique au moins deux clefs d’intelligence. Il en est une que le Christ lui-même enseigne dans l’évangile : le fils qui dit oui et ne fait pas figure les chefs des prêtres et les anciens à qui le Christ s’adresse ici, tandis que l’autre fils représente les publicains et les prostituées qui se sont mis à croire à la parole de Jean-Baptiste. Nous trouvons là, en un mot, écrit Thomas, les justes, c’est-à-dire, ceux qui se croient tels, et les pécheurs, entendez : les pécheurs qui se repentent.

Mais saint Thomas s’attache d’abord à une autre clef, qu’il découvre, celle-là, chez les Pères de l’Église…

Lire la suite >>>

« Le Puissant fit pour moi des merveilles »

Solennité de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie, 15 août 2020
Lectures : Apocalypse 11,19a et 12,1-6a.10ab ; Psaume 44 ; 1Co 15,20-27a 
Évangile selon saint Luc 1,39-56

Homélie du frère Jean-Christophe de Nadaï

Le Puissant fit pour moi des merveilles. Marie savait bien sans doute que le Puissant n’allait pas borner là le cours de ses merveilles pour elle : elle les méditait dans son cœur, selon le principal effet de cette crainte de Dieu dont elle parle ici ; ce Dieu dont l’amour, dit-elle, s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Mais sans doute elle ne devinait pas que cet amour de Dieu irait jusqu’à lui faire partager la destinée du Premier Né d’entre les morts, en son assomption, que l’Église célèbre aujourd’hui…

Lire la suite >>>